CONFERENCES DE L'INSTITUT DE FRANCE

CONFERENCES DE L'INSTITUT DE FRANCE

Mondialisation et humanisme

12 conférences de 17h30 à 18h45 le lundi :

2019

16 septembre : Un monde déboussolé, la main invisible du marché par Michel Pébereau et Mireille Delmas-Marty
30 septembre : Le changement climatique: champ des possibles et temporalité de l'action par Hervé Le Treu
14 octobre : L’humanité augmentée par Daniel Andler
4 novembre : Les empires-monde : les routes de la soie par Marianne Bastid-Bruguière
18 novembre : La mondialité par Pierre Brunel
25 novembre : Les crises financières systémiques par Jean-Claude Trichet
2 décembre  : Convergences et divergences des trajectoires culturelles par Chantal Delsol
16 décembre : Guerres et paix entre les religions par Philippe Levillain

2020

6 janvier :  Idéologies mondialistes et réalités historiques par Georges-Henri Soutou
13 janvier  : Uniformisation et diversification géographiques par Jean-Robert Pitte
20 janvier : La gouvernance des biens communs, un levier politique par Thierry de Montbrial
27 janvier : Des leviers juridiques pour responsabiliser les acteurs par Mireille Delmas-Marty
 

MONDIALISATION ET HUMANISME: LES DESTINS POSSIBLES DE L’HUMANITÉ - CYCLE III
La mondialisation, quelles que soient les variations du terme (globalisation, universalisation…), implique une extension des compétences institutionnelles et des pratiques économiques et sociales à l’échelle du globe. Elle ne remplace pas pour autant les États car elle n’est pas une totalité agrégée une fois pour toutes, seulement une accumulation, hétérogène et provisoire, de mouvements ouvrant des espaces juridiques nouveaux (comme l’espace Internet ou l’espace Climat) et des temporalités instables, parcourus à des vitesses différentes par des flux (immatériels et matériels) de marchandises, de capitaux, d’informations, de populations…
Accompagnée de mutations techno scientifiques et culturelles qui renforcent encore les interdépendances, la mondialisation perturbe les États dans leur souveraineté et laisse les individus littéralement « déboussolés », comme si, en se mondialisant, nos sociétés avaient perdu le nord. Imprévisible, le mouvement d’ensemble deviendra-t-il un jour intelligible ?
En toute hypothèse notre objectif n’est ni de prédire, ni de prescrire un nouvel ordre mondial encore virtuel, mais de décrire les dynamiques qui délimitent le « cône des possibles ».
Nous partirons de récits d’anticipation qui montrent les variations de l’humanisme. Puis nous étudierons quelques-unes des trajectoires à l’oeuvre au milieu des contraintes. Enfin seront évoqués les assemblages (géographiques) et leviers (politiques et juridiques) qui pourraient, en organisant les interdépendances, transformer les récits en destin pour l’humanité.


Programmation( 6 résultat(s) )

  • Afficher par
  • Pertinence